vendredi 31 août 2012

Kilimandjaro

Kilimandjaro (1966)

Il n'ira pas beaucoup plus loin
La nuit viendra bientôt
Il voit là-bas dans le lointain
Les neiges du Kilimandjaro

Elles te feront un blanc manteau
Où tu pourras dormir
Elles te feront un blanc manteau
Où tu pourras dormir, dormir, dormir

Dans son délire il lui revient
La fille qu'il aimait
Ils s'en allaient main dans la main
Il la revoit quand elle riait
[ Lyrics from: http://www.lyricsmode.com/lyrics/p/pascal_danel/kilimandjaro.html ]
Elles te feront un blanc manteau
Où tu pourras dormir
Elles te feront un blanc manteau
Où tu pourras dormir, dormir, dormir

Voilà sans doute à quoi il pense
Il va mourir bientôt
Elles n'ont jamais été si blanches
Les neiges du Kilimandjaro

Elles te feront un blanc manteau
Où tu pourras dormir
Elles te feront un blanc manteau
Où tu pourras dormir, dormir, bientôt
Après "La Plage aux romantiques", superbe chanson qui lui a valu d'être comparé à Gilbert Bécaud, Pascal Danel récidivait avec "Kilimandjaro". Il s'agit là encore d'une ballade qui a conforté sa réputation de chanteur spécialisé dans la romance. 

 

J'ai demandé à la lune

J'ai demandé à la lune (2002)


J’ai demandé à la lune
Et le soleil ne le sait pas
Je lui ai montré mes brûlures
Et la lune s’est moquée de moi
Et comme le ciel n’avait pas fière allure
Et que je ne guérissais pas
Je me suis dit quelle infortune
Et la lune s’est moquée de moi

J’ai demandé à la lune
Si tu voulais encore de moi
Elle m’a dit "j’ai pas l’habitude
De m’occuper des cas comme ça"
Et toi et moi
On était tellement sûr
Et on se disait quelques fois
Que c’était juste une aventure
Et que ça ne durerait pas

Je n’ai pas grand chose à te dire
Et pas grand chose pour te faire rire
Car j’imagine toujours le pire
Et le meilleur me fait souffrir

J’ai demandé à la lune
Si tu voulais encore de moi
Elle m’a dit "j’ai pas l’habitude
De m’occuper des cas comme ça"
Et toi et moi
On était tellement sûr
Et on se disait quelques fois
Que c’était juste une aventure
Et que ça ne durerait pas






jeudi 30 août 2012

Idées noires

Idées noires (1983)

Il se lève, c'est l'heure, écrase son mégot
Dans sa tasse de café, éteint la stéréo
Eteint le lampadaire, éteint le plafonnier
Eteint dans la cuisine, met la sécurité
Un couloir
Une porte
Un lit
C'est la nuit
Quelques pills pour dormir, je n'sais plus où je suis
Un store noir
Une porte
Un lit
C'est l'ennui
Rien à faire pour l'amour, mais ne dis pas toujours

Où es-tu, quand tu es dans mes bras ?
Que fais-tu, est-ce que tu penses à moi ?
D'où viens-tu ? Un jour tu partiras
Où es-tu, quand tu es dans mes bras ?

Je fais des mauvais rêves, j'suis sur un mauvais câble
Dans la paranoïa, pas de marchand de sable
J'vois en panoramique urgente et désirable
Une blonde décapitée dans sa décapotable
Cauchemar
Highway
Bad trip
Fumée noire
Une vamp vorace tue au fond d'un couloir
J'en sors pas
Cafard
Bad trip
Idées noires
Avalé par l'espace au fond d'un entonnoir

J'veux m'enfuir, quand tu es dans mes bras
J'veux m'enfuir, est-ce que tu rêves de moi
J'veux m'enfuir, tu ne penses qu'à toi
J'veux m'enfuir, tout seul tu finiras

J'veux m'enfuir, quand tu es dans mes bras
J'veux m'enfuir, est-ce que tu rêves de moi
J'veux m'enfuir, tu ne penses qu'à toi
J'veux m'enfuir, tout seul tu finiras

J'veux m'enfuir, j'veux partir, j'veux d'l'amour, du plaisir
D'la folie, du désir, j'veux pleurer et j'veux rire
J'veux m'enfuir, j'veux partir, j'veux d'l'amour, du plaisir
D'la folie, du désir, j'veux pleurer et j'veux rire
J'veux m'enfuir, j'veux partir, j'veux d'l'amour, du plaisir
D'la folie, du désir, j'veux pleurer et j'veux rire

J'veux m'enfuir, quand tu es dans mes bras
J'veux m'enfuir, est-ce que tu rêves de moi
J'veux m'enfuir, tu ne penses qu'à toi
J'veux m'enfuir, tout seul tu finiras

J'veux m'enfuir, quand tu es dans mes bras
J'veux m'enfuir, est-ce que tu rêves de moi
J'veux m'enfuir, tu ne penses qu'à toi
J'veux m'enfuir, tout seul tu finiras...
Un duo inédit et original (mais qui se complète totalement) pour ces "Idées noires": Bernard Lavilliers/ Nicoletta. Duo gagnant pour une chanson indémodable. 


 

Haut les mains

Haut les mains (1981)

{Refrain:}
Haut les mains, haut les mains, haut les mains
Donne-moi ton coeur,
Donne donne-moi ton coeur donne donne
Haut les mains, haut les mains, haut les mains
Donne-moi ton coeur, donne-moi donne-moi ton coeur
Donne donne donne-moi donne-moi

Je t'ai vue, je t'ai suivie, observée, analysée
J'en ai conclu que tu es l'amour de ma vie
J't'avais vu depuis longtemps
T'as pas compris en m'espionnant
Que toutes les nuits j'rêve de toi dans mon lit

{au Refrain}

Des yeux de lionne, un air fragile,
Un maximum de sex-appeal
Il est certain que tu vas faire mon bonheur
Embrasse-moi tout simplement
On a perdu tellement de temps
En jouant aux gendarmes et aux voleurs

{au Refrain}

Je serais ton Roméo, ton Superman
Ton super champion
J't'emmènerai voler vers les étoiles
Dans un drôle d'avion
Tu me plais, c'est fou c'que tu me plais
Il est certain que tu vas faire mon bonheur
au Refrain, ad lib
Ottawan -ou plutôt le groupe Pat Ottawan- a débuté les années 80 confortablement installé dans les hits parades. "D.I.S.C.O., "It's OK" et "Haut les mains" ont été ses trois grands succès. Un succès qui s'est aussi vérifié sur les pistes de danse. 



 

mercredi 29 août 2012

le Gamin de Paris

le Gamin de Paris (1951)

 
Un gamin d'Paris
C'est tout un poème
Dans aucun pays
Il n'y a le même
Car c'est un Titi
Petit gars dégourdi
Que l'on aime

Un gamin d'Paris
C'est le doux mélange
D'un ciel affranchi
Du diable et d'un ange
Et son œil hardi
S'attendrit devant une oran-an-ge
Pas plus haut que trois pommes
Il lance un défi
A l'aimable bonhomme
Qui l'appelait "mon petit"

Un gamin d'Paris
C'est une cocarde,
Bouton qui fleurit
Dans un pot d'moutarde
Il est tout l'esprit
L'esprit de Paris qui musarde
Pantalons trop longs pour lui
Toujours les mains dans les poches
On le voit qui déguerpit
Aussitôt qu'il voit un képi.
Un gamin d'Paris
C'est tout un poème
Dans aucun pays
Il n'y a le même
Car c'est un titi
Petit gars dégourdi
Que l'on aime

Il est héritier
Lors de sa naissance
De tout un passé
Lourd de conséquences
Et ça, il le sait
Bien qu'il ignore l'Histoire de France
Sachant que sur les places
Pour un idéal
Des p'tits gars pleins d'audace
A leur façon fir'nt un bal

Un gamin d'Paris
Rempli d'insouciance
Gouailleur et ravi
De la vie qui chante
S'il faut, peut aussi
Comme Gavroch' entrer dans la danse

Un gamin d'Paris
M'a dit à l'oreille
Si je pars d'ici
Sachez que la veille
J'aurai réussi
A mettre Paris en bouteille.


 C'est grâce à une musique d'Adrien Marès que Myck Micheyl obtenait le plus grand succès de sa carrière. Portrait du Poulbot, "Le gamin de Paris", enregistré pour la première fois en 1951 a donné lieu à diverses versions comme celles d'Yves Montand qui rend hommage à l'esprit populaire du Paris des faubourgs. 



Faire à nouveau connaissance

Faire à nouveau connaissance (1986)

 Rien que du pain quotidien
Et toi qui n'a plus très faim
Rien que des breaks anodins
Du style je suis mort à demain
Et c'est comme si
T'avais moins envie
De nos corps à corps
Quand tu t'ennuies je voudrais si fort

Comme un printemps qui commence
Comme un hiver qui finit
Faire à nouveau connaissance
A Montréal ou à Paris
Quand reviennent la transparence
Et la tiédeur douce des nuits
Faire à nouveau connaissance
Du début de nos folies

Comme un printemps qui commence
Comme un hiver qui finit
Faire à nouveau connaissance
A Rome Genève ou Paris
Quand reviennent la transparence
Et la tiédeur douce des nuits
Faire à nouveau connaissance
Le tournant de nos deux vies

Moins de mal de hâte de pair
Bye bye soit sage à tout à l'heure
Moins de regards moins d'études
Un avant-goût de solitude
Des alibis qui se multiplient
Point virgule ou point mort
Il fait si gris
Je voudrais si fort

Faire à nouveau connaissance
De la fureur et du bruit
Du désir qui recommence
Que jamais rien n'assouvit
De joies en désespérances
Et d'enfer en paradis
Faire à nouveau connaissance
N'en avoir jamais fini

Comme un printemps qui commence
Comme un hiver qui finit
Faire à nouveau connaissance
A Montréal ou à Paris
Quand reviennent la transparence
Et la tiédeur douce des nuits
Faire à nouveau connaissance
Du tournant de nos deux vies

Faire à nouveau connaissance
De la fureur et du bruit
Du désir qui recommence
Que jamais rien n'assouvit
De joies en désespérances
Et d'enfer en paradis
Faire à nouveau connaissance
N'en avoir jamais fini

Comme un printemps qui commence
Comme un hiver qui finit
Faire à nouveau connaissance
Vancouver Miami
Comme un printemps qui commence
Comme un hiver qui finit
Faire à nouveau connaissance
Amsterdam Wyoming...


Diane TELL : Faire à nouveau connaissance - MYTARATATA.COM
TARATATA N°117 (Tour. 11/01/96 - Dif. 18/02/96)
Video de mytaratata

  En 1986, Diane Tell revient avec l'album "Faire à nouveau connaissance" qui obtiendra la Victoire de la musique du meilleur album francophone. Le texte de cette chanson a été écrit par Françoise Hardy. 


mardi 28 août 2012

l'Ecolier assassin

l’Écolier  assassin (1978)

 D'où reviens-tu mon fils Jacques, d'où reviens-tu cette nuit ?
Je viens des écoles, ma mère, des écoles de Paris
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Tu as menti là, mon drôle, tu reviens de voir ta mie
Je voudrais la voir morte et avoir son cœur ici
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Que donneriez-vous ma mère si je la faisais mourir ?
Je donnerais chemise blanche, de l'argent à ton plaisir
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Il est allé voir sa belle sitôt le soleil levé
En arrivant à sa porte, l'entendit minuit sonner
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Il la prend par sa main blanche, au jardin l'a emmenée
Il a pris sa claire épée, le p'tit doigt lui a coupé
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Ah ! Mon Dieu que de souffrances que j'endure cette nuit
Tu en souffriras bien d'autres avant qu' la nuit soit finie
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Il la couche sur l'épine, oh, qui graine sans fleurir
Lui a pris le cœur du ventre, dans sa chemise il l'a mis
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Tenez, ma cruelle mère, voilà le cœur de ma mie
Tu as menti par ta bouche, c'est le cœur d'une brebis
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli

Oh ! Montagnes sur montagnes, écrasez-vous sur mon corps
J'ai fait mourir ma maîtresse, je n' mérite que la mort
J'entends la chanson sereine du rossignolet joli 




D'Allemagne

D'Allemagne (1988)

D'Allemagne où j'écoute la pluie en vacances
D'Allemagne où j'entends le rock en silence
D'Allemagne où j'ai des souvenirs d'en face
Où j'ai des souvenirs d'enfance
Léninplatz et Anatole France

D'Allemagne l'histoire passée est une injure
D'Allemagne l'avenir est une aventure
D'Allemagne je connais les sens interdits
Je sais où dorment les fusils
Je sais où s'arrête l'indulgence

Auf wiedersehn Lili Marlène
Reparlez-moi des roses de Gottingen
Qui m'accompagnent dans l'autre Allemagne
A l'heure où colombes et vautours s'éloignent
De quel côté du mur, la frontière vous rassure

D'Allemagne j'ai des histoires d'amour sincère
Je plane sur des musiques-d'appolinaire
D'Allemagne le romantisme est plus violent
Les violons jouent toujours plus lents
Des valses viennoises ordinaires

Ich habe eine kleine Wildblume
Eine Flamme, die zwischen den Wolken blüt
D'Allemagne j'ai une petite fleur dans le cœur
Qui est comme l'idée du bonheur
Qui va grandir comme un arbre  



Avec ce titre, écrit par le duo Barbelivien / Bernheim, la demoiselle de Forbach rend un vibrant hommage à ce pays frontalier qui connu une histoire commune d'amour-haine avec la France. 

 

lundi 27 août 2012

ça cache quekchose

Ca cache quekchose (1981)

Tout est redevenu étrangement calme
Les fakirs traversent dans les clous
Tu m'as dit vas-y beau blond
Les lave-vaisselle ont plus de marques au cou
Ma bignole lit Rock et Folk
Ses bigoudis vont friser l'incident
Elle montre plus ses dentelles grises
En hurlant vive les sixties

Ca cache quekchose
Je l'entends plus crier mon nom
Ca cache quekchose
Attends-toi à des distorsions

Le lion de la Metro exagère
Il veut plus bouffer du Mayer
Bigophone on s'entend bien
Plus de faux-jeton je peux mettre le mien

Ca cache quekchose
Je l'entends plus crier mon nom
Ca cache quekchose
Attends-toi à des distorsions

Il fait lourd l'homme-poisson se les caille
Poupée ça me dit rien qui vaille
Et la grosse du Président
Tu crois qu'elle nous porte des collants

Ca cache quekchose
Je l'entends plus crier mon nom
Ca cache quekchose
Attends-toi à des distorsions

Ca cache quekchose



Alain Bashung Ça cache quekchose Live La... par portok_35


Ce titre, tiré de l'album Pizza sorti en 1981, se trouvait sur la Face B du 45 tours "Vertige de l'amour". Fort de ce succès, Alain Bashung partit en tournée faire connaissance avec son public. 


 

Baby Lou

Baby Lou (1977)

Sur les abords du périphérique
J't'ai aperçue par ma vitre
On aurait dit comm' le générique
D'un film ricain sans sous-titres
Tu n'mas mêm' pas d'mandé où j'allais
On aurait dit que tu t'en foutais

Moi je filais droit vers l'Atlantique
Voir les bateaux qui chavirent
J'voulais me noyer dans l'romantique
L'idée semblait te séduire
Tu m'dis j'nais jamais vu l'océan
Qui sait, là-bas c'est p'êtr' plus marrant

J'ai compris ta philosophie
Baby Lou
Et ta façon de voir la vie
Baby Lou
Et pourquoi pas
Si c'est c'qui t'vas
Tu n'es pas concernée
Plutôt du genre consternée

J'te regarde dans l'retro d'la Buick
Sous les nuag's qui s'déchirent
Compter les poteaux télégraphiques
Tu n'trouves rien d'autres à me dire
Tu as vraiment l'air d'te foutre de tout
De prendre tous les autres pour des fous

C'est toute ta philosophie
Baby Lou
C'est ta façon de voir la vie
Baby Lou

Et pourquoi pas
Si c'est c'qui te va
Tu n'es pas concernée
Plutôt du genre consterné

Regard' voici la mer
Comm' toi toute aussi amère
Chanson écrite par Serge Gainsbourg pour Alain Chamfort à la fin des années 70. Elle fut également au répertoire de Jane Birkin. 

dimanche 26 août 2012

A la Saint Médard

A la Saint-Médard (1953)

A la Saint-Médard mon Dieu qu'il a plu
Au coin du boul'vard et de la p'tite rue.
A la Saint-Médard mon Dieu qu'il a plu
Y aurait pas eu d'bar on était fichus !
A la Saint-Médard mon Dieu qu'on s'est plu
Tous deux au comptoir en buvant un jus.
A l'abri dans l'bar on s'est tell'ment plu
Qu'on est sorti tard quand il a plus plu.

Quand il pleut le jour de la Saint-Médard
Pendant quarante jours faut prendre son riflard.
Les marchands d'pépins et de waterproufs
Se frottent les mains, faut bien qu'ces gens bouffent !
Dans notre petit bar on se retrouvait
A midi un quart et on attendait.
Quand il pleut dehors, dedans on est bien
Car pour le confort, la pluie ne vaut rien.

Pour tout arranger il a encor plu
La Saint-Barnabé oh ça tant et plus !
Pour bien nous sécher au bar on a bu
Trois jus arrosés puis on s'est replu.
Saint-Truc, Saint-Machin, toujours il pleuvait
Dans le bar du coin, au sec on s'aimait.
Au bout d'quarante jours quand il a fait beau
Notre histoire d'amour est tombée dans l'eau.
 



le Zizi

le Zizi (1974)

Afin de nous ôter nos complexes
Ô gué, ô gué
On nous donne des cours sur le sexe
Ô gué, ô gué
On apprend la vie secrète
Des angoissés d´ la bébête
Ou de ceux qui trouvent dégourdi
De montrer leur bigoudi
Une institutrice très sympathique
Nous en explique toutes la mécanique
Elle dit nous allons planter le décor
Ô gué, ô gué
De l´appareil masculin d´abord
Ô gué, ô gué
Elle s´approche du tableau noir
On va p´ têt´ enfin savoir
Quel est ce monstre sacré qui a donc tant de pouvoir
Et sans hésiter elle nous dessine
Le p´tit chose et les deux orphelines

{Refrain:}
Tout tout tout
Vous saurez tout sur le zizi
Le vrai, le faux
Le laid, le beau
Le dur, le mou
Qui a un grand cou
Le gros touffu
Le p´tit joufflu
Le grand ridé
Le mont pelé
Tout tout tout tout
Je vous dirai tout sur le zizi

Des zizis y´en a d´toutes les couleurs
Ô gué, ô gué
Des boulangers jusqu´aux ramoneurs
Ô gué, ô gué
J´en ai vu des impusilfs
Qui grimpaient dans les calcifs
J´en ai vu de moins voraces
Tomber dans les godasses
Çui d´un mécanicien en détresse
Qui a jamais pu réunir ses pièces
Y a le zizi tout propre du blanchisseur
Ô gué, ô gué
Celui qui amidonne la main de ma sœur
Ô gué, ô gué
J´ai vu le zizi d´un curé
Avec son p´tit chapeau violet
Qui juste en pleine ascension
Fait la génuflexion
Un lever de zizi au crépuscule
Et celui du pape qui fait des bulles

{au refrain}

Le zizi musclé chez le routier
Ô gué, ô gué
Se reconnaît à son gros col roulé
Ô gué, ô gué
J´ai vu le zizi affolant
D´un trapéziste ambulant
Qui apprenait la barre fixe à ses petits-enfants
L´alpiniste et son beau pic à glace
Magnifique au-dessus des Grandes Jorasses
J´ai vu le grand zizi d´un p´tit bedeau
Ô gué, ô gué
Qui sonne l´angélus les mains dans le dos
Ô gué, ô gué
Celui d´un marin breton
Qui avait perdu ses pompons
Et celui d´un juif cossu
Qui mesurait le tissu
Celui d´un infirmier d´ambulance
Qui clignotait dans les cas d´urgence

{au refrain}

J´ai vu le p´tit zizi des aristos
Ô gué, ô gué
Qui est toujours au bord de l´embargo
Ô gué, ô gué
J´ai roulé de la pâtisserie
Avec celui de mon mari
Avec celui d´un Chinois
J´ai même cassé des noix
Avec un zizi aux mœurs incertaines
J´ai même fait des ris de veau à l´ancienne

{au refrain}

samedi 25 août 2012

Y a des zazous

Y a des zazous (1944)

 Jusqu'ici sur terre un homme pouvait être
Blanc ou noir, ou rouge, ou jaune et puis c'est tout
Mais une autre race est en train d'apparaître
C'est les Zazous, c'est les Zazous
Un faux col qui monte jusqu'aux amygdales
Avec un veston qui descend jusqu'aux genoux
Les cheveux coupés jusqu'a l'épine dorsale
Voila l'Zazou, voila l'Zazou

Y a des Zazous dans mon quartier
Moi je l'suis déjà à moitié
Un de ces jours à votre tour
Vous serez tous Zazous comme eux
Car le Zazou c'est contagieux
Ça commence par un tremblement
Qui vous prend soudain brusquement
Et puis on pousse des hurlements Ah !
Wa da la di dou da di dou la wa wa !

Si vous rencontrez un jour sur votre passage
Un particulier coiffé d'un fromage mou
Tenant dans ses doigts un poisson dans une cage
C'est un Zazou, c'est un Zazou !
Si votre épicier vous dit :
J'ai du gruyère
Mais malheureusement il ne reste que les trous,
Ne supposez pas qu'il fuit de la cafetière :
Il est Zazou, il est Zazou !

au refrain

A son futur gendre avant-hier ma concierge
Disait : Voyez vous, ma fille est un bijou
Elle est encore mieux que si elle était vierge
Elle est Zazou, elle est Zazou !
En prenant l'train j'ai vu le chef de gare
Qui m'a dit : "Mon cher, j'suis plus cocu, du tout
Je suis quelque chose de beaucoup plus rare :
Je suis Zazou, je suis Zazou !

au refrain

A la société devant payer sa dette
Devant la guillotine Gégène a dit : J'm'en fous
Y a déjà longtemps que j'ai perdu la tête
Je suis Zazou, je suis Zazou !
Avec une mondaine de la place Pigalle
Mon ami Léon a fait les quatre cents coups
Ça lui réussi car pour ses vingt-cinq balles
Il est Zazou, il est Zazou !

Y a des zazous dans mon quartier
Moi je l'suis déjà à moitié
Et à mon tour un de ces jours
On finira par m'emmener
Dans un asile d'aliénés
Entre zazous, on s'retrouvera
Et c'est fou ce qu'on rigolera
Quand sous la douche on chantera
Wa da la di dou da di dou la wa wa !




White & Black Blues

White & Black Blues (1990)

 Lorsque l'on me parle de couleur de peau
J'ai le blues qui me fait froid dans le dos.
Je m'sens dans un conte d'Edgar Allan Poe
C'est le never more, les vumètres à zéro.

White and Black, danse balance sur le White and Black blues.
Nous les Blacks, nous sommes quelques millions treize à la douze.
Paradisiaque, Africa mon amour, j't'ai dans la peau.
White and Black, qu'importe la couleur, tous égaux.

Entendez-vous les percussions des tam-tams?
Elles vous vont droit au coeur, vous transpercent l'âme
Comme la flèche d'un chasseur équateur
Une lame de couteau où scintillent les pleurs.

White and Black, danse balance sur le White and Black blues.
Nous les Blacks, nous sommes quelques millions treize à la douze.
Le long du fleuve, sous le soleil ambré des marécages
Ou qu'il pleuve sur nos amours, que vienne l'orage.

White and Black, danse balance sur le White and Black blues.
Nous les Blacks, nous sommes quelques millions treize à la douze.
White and Black, danse balance sur le White and Black blues.
That's all right, danse balance sur le White blues... And Black!


Voici la troisième tentative de Serge Gainsbourg au grand concours de l'Eurovision: la première en 1965, avait été couronné de succès (France Gall avec "Poupée de cire, poupée de son"), la deuxième avait été un échec, deux ans plus tard (Minouche Barrelli avec "Boum Badaboum"). Grâce à Joelle Ursull (transfuge du groupe "Zouk Machine"), Serge Gainsbourg qui signe les paroles de ce titre s'offre la 2e place du concours. 

P.S. Je n'oublie pas la 4e tentative (avortée) de Serge Gainsbourg à L'eurovison, avec "Comme un Boomerang" qu'il écrivit pour la chanteuse Dani. Toutefois cette tentative ne compte pas puisque Dani ne put participer au concours Eurovision pour cause de deuil national (George Pompidou alors président, mourut quelques jours avant le concours Eurovision). 



 

vendredi 24 août 2012

Vacances, j'oublie tout

Vacances, j'oublie tout (1982)

J'ai la montre arrêtée
J'sais même pas l'heure qu'il est
Le téléphone a sonné
J'm'suis pas réveillé
Direction salle de bain
J'me fais couler un bain
Je m'regarde dans le miroir
Pas beau à voir
En retard sur l'horaire
Plus besoin d'se presser
Radio libre allumée
Stop pas de publicité
Cette chanson bien côtée
C'est le tube de l'été
Me fait flipper
De la tête aux pieds
Je commence à ranger
Car ce soir terminé
Je serais sur la route
Avec Bison Futé
J'suis pas seul à rêver
Du ciel bleu des palmiers
Et des jours sans problèmes
C'est la vie que j'aime

[Refrain] :
Vacances j'oublie tout
Plus rien à faire du tout
J'm'envoie en l'air ça c'est super
Folie légère
Vacances j'oublie tout
Plus rien à faire du tout
J'm'envoie en l'air ça c'est super
Folie légère
C'est fou !

Pas besoin de penser
On ne peut pas résister
Restaurants, boites de nuit
Tout ce qu'on a envie
On peut manger à minuit
Et se coucher à midi
Plus de temps plus d'horaires
Les vacances c'est super
Allongé sur le sable
Et bercé par les vagues
Notre petit corps bronzé
Etait vêtu de moitié
A l'abri du soleil
Sous ton chapeau de paille
Tu te fous des regards
Qui se posent sur toi
Je m'approche près d'elle
Je souris et lui dit :
Qu'est-ce que vous faites ce soir ?
Rien de précis elle me dit
Petite boite de nuit
Soirée champ' et whisky
Ambiance folie
Toute la nuit

[Refrain]

J'ai la montre arrêtée
J'sais même pas l'heure qu'il est
Le téléphone a sonné
J'm'suis pas réveillé
Direction salle de bain
Je fais couler mon bain
Je regarde mon miroir
Pas beau à voir
Je commence à ranger
Car ce soir terminé
Je serais sur la route
Avec Bison Futé
J'suis pas seul à rêver
Du ciel bleu des palmiers
Et des jours sans problèmes
C'est la vie que j'aime
Pas besoin de penser
On n'peut pas résister
Restaurants, boites de nuit
Tout ce qu'on a envie
On peut manger à minuit
Et se coucher à midi
Plus de temps plus d'horaires
Les vacances c'est super

[Refrain]
Elégance enregistre "Vacances, j'oublie tout" qui, avec sa mélodie accrocheuse (et une production due à François Feldman) s'est imposé comme le tube incontournable de l'été 1982. 


 

Un air de liberté

Un air de liberté (1975)

Les guerres du mensonge les guerres coloniales
C'est vous et vos pareils qui en êtes tuteurs
Quand vous les approuviez à longueur de journal
Votre plume signait trente années de malheur

La terre n'aime pas le sang ni les ordures
Agrippa d'Aubigné le disait en son temps
Votre cause déjà sentait la pourriture
Et c'est ce fumet-là que vous trouvez plaisant

Ah monsieur d'Ormesson
Vous osez déclarer
Qu'un air de liberté
Flottait sur Saïgon
Avant que cette ville s'appelle Ville Ho-Chi-Minh

Allongés sur les rails nous arrêtions les trains
Pour vous et vos pareils nous étions la vermine
Sur qui vos policiers pouvaient taper sans frein
Mais les rues résonnaient de paix en Indochine

Nous disions que la guerre était perdue d'avance
Et cent mille Français allaient mourir en vain
Contre un peuple luttant pour son indépendance
Oui vous avez un peu de ce sang sur les mains

Ah monsieur d'Ormesson
Vous osez déclarer
Qu'un air de liberté
Flottait sur Saïgon
Avant que cette ville s'appelle Ville Ho-Chi-Minh

Après trente ans de feu de souffrance et de larmes
Des millions d'hectares de terre défoliés
Un génocide vain perpétré au Viêt-Nam
Quand le canon se tait vous vous continuez

Mais regardez-vous donc un matin dans la glace
Patron du Figaro songez à Beaumarchais
Il saute de sa tombe en faisant la grimace
Les maîtres ont encore une âme de valet
 


jeudi 23 août 2012

Ta ta ta ta

Ta ta ta ta (1967)

 {Refrain:}
Femme que j´aime, c´est ta ta ta ta
Femme que j´aime, mais ce n´est pas toi
Femme que j´aime, c´est ta ta ta ta
Femme que j´aime, mais ce n´est pas toi

Je me dis ton ami
Et pourtant quand tes yeux
Rencontrent les miens
J´ai des remords
Je me sens malheureux
Mais je n´y peux rien

{Refrain}

Je voudrais te parler
Pouvoir t´expliquer
Mais aucun mot ne vient
Je me décide et puis je remets
Toujours à demain

{Refrain}

Et ce que toi tu prends
Pour une chanson
Qui te plaît bien
C´est un aveu
Tourné à ma façon
Mais tu n´y comprend rien

Femme que j´aime, c´est ta ta ta ta
Femme que j´aime, mais ce n´est pas toi
Femme que j´aime, c´est ta ta ta ta
Femme que j´aime, mais ce n´est pas toi
{3x}



Avec "Ta ta ta ta", la folie Polnareff prend de l'ampleur en janvier 1967. Pour cette ballade amoureuse, le chanteur s'est fait aider par son compère Franck Gérald, celui là même qui avait signé l'adaptation de "La poupée qui fait non". 


Saga Africa

Saga Africa (1991)

Hey là, le type-là
Oui oui, petit blanc
Paris-Yaoundé
Connection mais venez
Allons ambiancer
Ambiance soukouss
Ambiance makossa
Ou l'ambiance du bikutsi
Ambiance assiko
Mouvement partout
Et mouvement droite
Mouvement à gauche
Roulement de pecos
Direction à l'hôpital
Docteur, c'est mauvais
Attention a cheu

(Refrain)
Saga Africa
Ambiance de la brousse
Saga Africa
Attention les secousses

Direction quartier
Pour danser poulet braisé
Avec le meyo
Ah, comment ! Goutte le meyo
Comment tu es café ?
A élan nou a zout
T es un chaud gars
Tu danses un peu bancal mais c'est bon
Mouvement de hanche
Mouvement bangala

Ambiance secousse
Ambiance de la brousse
Ambiance de l'amour
"A tous les petits blancs et tous les petits noirs"

Attention le type-là
Il est trop dangereux
Viens ma soeur, fuyons
Attention ma soeur
Attention a cheu

(Refrain)

Yannick Noah pour radio Cameroun
avec les lions indomptables
N'kono dégage après un suppositoire
de l'attaque adverse
Dégagement multidirectionnel de N'kono,
les défenseurs voient complètement flash
François Omanbiyik amortit et glisse un zolo
Deux zolos et passera Milla
Milla dribble la balle, un dribble
qui sort des laboratoires
Foot balistiques d'Etudi
L'affaire est grave, il tire au goal
Il y est !!!

(Refrain)
La danse de l'été 1991, nous la devons au tennisman français, Yannick Noah, qui a le rythme dans la peau et la musique dans le sang. Une chorégraphie sexy et hilare que Noah aura l'occasion de danser avec ses amis tennismen lors de la coupe Davis que l'équipe de France de Tennis gagna alors que Yannick Noah en était le capitaine.

mercredi 22 août 2012

Ramuntcho

Ramuntcho (1945)

Dans sa cabane couronnée
Par les massifs des Pyrénées
Comme un aigle, tout là-haut
Habite Ramuntcho
Portant fusil en bandoulière
Il va partout, la mine fière
Guettant dans ses traquenards
Le sauvage isard
Il partage tous ses jours
Entre la chasse et l'amour

Ramuntcho... c'est le roi de la montagne
Ramuntcho... quand il appelle sa compagne
Il crie : "Ma gachucha... je t'aime ! "
L'écho répond ... Aime !
Mais je suis près de toi, quand même !
L'écho répond... !
Aime !
Tra la la la
Et sa chanson
S'envole au loin comme un frisson
Dans la vallée il fait la loi,
De la montagne, il est le roi !

Des cols dominant la campagne
De Ronceveaux jusqu'en Espagne
Il connaît tous les sentiers,
Les grottes, les terriers
Et, libre comme les nuages
Sous l'avalanche ou dans l'orage,
Les sangliers comme les loups
Tombent sous ses coups
Et les filles du pays
N'ont de regards que pour lui

Ramuntcho... c'est le roi de la montagne
Ramuntcho... quand il appelle sa compagne
Il crie : "Ma gachucha... je t'aime ! "
L'écho répond ...
Aime !
Mais je suis près de toi, quand même !
L'écho répond... !
Aime !
Il va chantant
Le cœur léger cheveux au vent
Et jusqu'au jour Ramuntcho clame son amour
Dans la vallée il fait la loi
De la montagne il est le roi !

Né à Biarritz, André Dassary (de son vrai nom Dyhérassary) fait ses débuts dans l'orchestre de Ray Ventura, qui lui réserve les refrains qui mettent en valeur sa voix très particulière. C'est tout naturellement vers l'opérette qu'il s'oriente. Son répertoire va des chansons régionalistes comme "Ramuntcho" aux chansons plus classiques comme "Le Temps des cerises" ou "Plaisir d'amour". 

 

Quand j'serai K.O.

Quand j'serai K.O. (1988)

 [Refrain] :
When, petite sœur,
We'll just have to remember.
I'll be down,
No more, the old dancing music sound.
All day long in my gown,
When I will be down.

[Refrain] x2

Quand j'serai K.O.,
Descendu des plateaux d'phono,
Poussé en bas
Par des plus beaux, des plus forts que moi,
Est-ce que tu m'aimeras encore
Dans cette petite mort ?

Attention : plus personne
Porteurs de glace de chewing gum,
Plus d'belle allure,
Chevaux glissant sur la Côte d'Azur.
Quand j'serai pomme,
Dans les souv'nirs, les albums,
Est-ce que tu laisseras
Ta main, sur ma joue, posée comme ça ?
Est-ce que tu m'aimeras encore
Dans cette petite mort ?

[Refrain]

Plus d'atoll
Pour une déprime qu'a du bol,
Plus les folles
Griffonnant "Je t'aime" sur des bristols.
Quand j'serai rien
Qu'un chanteur de salle de bains,
Sans clap clap
Sans guitare, sans les batteries qui tapent,
Est-ce que tu m'aimeras encore
Dans cette petite mort ?

[Refrain] x3


Les années 80 marquées par son entrée chez Virgin, ont permis à Alain Souchon d'atteindre la pleine maturité artistique. Après "C'est comme vous voulez" en 1985, "Ultra moderne solitude" l'a confirmé trois ans plus tard. En plus de "La Beauté d'Ava Gardner", "Quand j'serai K.O. fait partie des pépites de cet album. "Quand j'serai K.O." a obtenu la Victoire de la musique de la meilleure chanson.


mardi 21 août 2012

Paillasse

Paillasse (1818)

 J' suis né paillasse, et mon papa,
Pour m' lancer sur la place,
D' un coup d' pied queuqu' part m' attrapa,
Et m' dit : saute paillasse !
T' as l' jarret dispos,
Quoiq' t' ay' l' ventre gros
Et la fac' rubiconde.
N' saut' point-z à demi,
Paillass' mon ami :
Saute pour tout le monde !

Ma mèr' qui poussait des hélas,
En m' voyant prendr' ma course,
M' habille avec son seul mat' las,
M' disant : ce fut ma r' ssource.
Là d' sous fais, mon fils,
Ce que d' sus je fis
Pour gagner la pièc' ronde.
N' saut' point-z à demi,
Paillass' mon ami :
Saute pour tout le monde !

Content comme un gueux, j' m' en allais,
Quand un seigneur m' arrête,
Et m' donn' l' emploi, dans son palais,
D' un p' tit chien qu' il regrette.
Le chien sautait bien,
J' surpasse le chien ;
Plus d' un envieux en gronde.
N' saut' point-z à demi,
Paillass' mon ami :
Saute pour tout le monde !

J' buvais du bon, mais un hasard,
Où j' n' ons rien mis du nôtre,
Fait qu' monseigneur n' est qu' un bâtard
Et qu' il en vient-z un autre.
Fi du dépouillé
Qui m' a bien payé !
Fêtons l' autre à la ronde.
N' saut' point-z à demi,
Paillass' mon ami :
Saute pour tout le monde !

A peine a-t-on fêté c' lui-ci,
Que l' premier r' vient-z en traître ;
Moi qu' aime à dîner, dieu merci,
J' saut' encor sous sa f' nêtre.
Mais le v' là r' chassé,
V' là l' autre r' placé.
Viv' ceux que Dieu seconde !
N' saut' point-z à demi,
Paillass' mon ami :
Saute pour tout le monde !

Vienn' qui voudra, j' saut' rai toujours,
N' faut point qu' la r'cette baisse.
Boir', manger, rire et fair' des tours,
Voyez comm' ça m' engraisse.
En gens qui, ma foi,
Saut' moins gaîment qu' toi,
Puisque l' pays abonde,
N' saut' point-z à demi,
Paillass' mon ami :
Saute pour tout le monde !




Obsolète

Obsolète (1994)

Naguère les concierges étaient en vogue
Désormais on les a remplacées par des digicodes
Dans ma ville il n´y avait pas de parcmètres
Je voyais des ouvriers manger des sandwiches à l´omelette
Le passé me revient comme un bilboquet
La présence d´ un passé,omniprésent n´est pas passé
Les Halles supplantées par le Costes
L´ allégorie des Madeleines file,à la vitesse de Prost
L´air y était pur,Paris plus beau
Désormais le ticket de métro augmente comme le nombre d´autos
Oh shit! A la télé y a plus de speakerine
Y a des films de série B que j´estime à quinze centimes
Les States nous plaquent ces films de trois piécettes
Que je mate,que mon intellect constate qu´ils sont OBSOLETES.

Obsolete mais stylée la phrase qui suivra
"L´homme qui capte le mic et le nom possède le double A"
La variet´ est sa cible SOLAAR l´arbalète
Qui pique cette zique solite et alite l´élite
Qui élabore depuis des décennies
Une main basse sur mon art pour qu´il avance au ralenti
Mais le Grand Manitou,manie tout,t´inquiète!
Il démasque la musique et la place en hypothèque
Puis incrit en italique sur son agenda
Le top des trucs qu´il n´aime pas
Bref pour être clair et net le ventricules´accompagne de l´oreillette
Rout comme à mes oreilles la "variet" s´acoquine et rime avec Obsolete

Obsolete est aussi l´allumeuse qui
Portait des bas résilles et empestait le patchouli
Pour des services rendus elle me dit "j´te paye en nature"
Et je reste stoïque quand elle me tend des confitures
Ceci est oublié quand au mois de décembre
Elle me téléphone et me dit"Passe me prendre"
Bref!J´en abuse avec délectation
Douce comme de l´hydromel je suis en affection
Puis me glisse,m´immisce,entre les cuisses lisses de la Miss
Ses yeux se plissent et elle dit"Stop ton vice"
Je suis comme une balle,elle joue le rôle d´une raquette
L´endormeuse allumeuse se prend pour une starlette
Mais sache que dand les cinémathèques,tes presques galipettes désuètes
Sont classées dans les séries B au rayon Obsolete.
En 1994, MC Solaar sort l'album "Prose Combat", qui devient disque d'or en France dix jours seulement après sa sortie. On y découvre des titres qui regorgent d'images fortes et contrastées. Il y a "La Concubine de l'Hémoglobine", une composition grave et presque militante; puis, il y a aussi "Obsolète". La trame musicale est signée Jimmy Jay, mais les mots sont de Claude MC Solaar. 

 

lundi 20 août 2012

Napoléoné

Napoléoné (1982)

 refrain :
NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez,
NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez.

A l'école, quand j'étais gamin
mon nom sonnait pas bien français,
j'étais la risée des copains,
ils m'appelaient "la paille au nez".
Mal fringué, dans ma peau, pas bien,
j'étais bande à part et boudeur,
je bouffais les mots des bouquins,
j'avais l'âme et la tête ailleurs.

NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez,
NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez.

Je m'imaginais que César,
je m'imaginais qu'Alexandre,
dans des conquêtes de bazar
venaient m'inspirer dans ma chambre,
avec mes mains derrière le dos,
j'étais frileux, j'étais fiévreux,
je portais déjà mon chapeau.
Et j'étais déjà malheureux.

NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez,
NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez.

Devant le siège de Toulon,
à Lodi, comme au pont d'Arcole,
toujours, toujours, NAPOLEON
se rappellera qu'à l'école,
à l'école, quand j'étais gamin
mon nom sonnait pas bien français,
j'étais la risée des copains,
ils m'appelaient : "la paille au nez",

NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez,
NAPOLEONE, NAPOLEONE, NAPOLEONE,
la paille au nez 


 Faute d'avior vu le jour en Corse, Serge Lama semble depuis toujours vouer une grande admiration à l'Empereur. En tout cas, la vie et l'oeuvre de Napoléon ont suffisamment inspiré le chanteur pour qu'il enregistre cette chanson et qu'il leur consacre une comédie musicale. L'une et l'autre vont d'ailleurs connaître un grand succès. "Napoléoné" atteint les sommets du hit parade en 1982 et la comédie musicale, créée en 1985 au Théâtre Marigny (avec Christine Delaroche dans le rôle de Joséphine) a été pébiscitée par le public pendant plus d'un an et demi. 


Ma cabane au Canada

Ma cabane au Canada (1948)

 Ma cabane au canada
Est blotie au fond des bois
On y voit des écureils
Sur le seuil
Si la porte n'a pas de clé
C'est qu'il n'y a rien a voler
Sous le toît de ma cabane au Canada

Elle attend engourdie sous la neige
Elle attend le retour du printemps
Ma cabane au Canada
C'est le seul bonheur pour moi
La vie libre qui me plait
La forêt
A quoi bon chercher ailleurs
Toujours l'élan de mon coeur
Reviendra vers ma cabane au Canada

Mais je rêve d' y emmener
Celui qui voudra me suivre
Viens avec moi si tu veux vivre
Au cher pays où je suis née

Ma cabane au Canada
J'y reviendrai avec toi
Nous rallumerons le feu tous les deux
Nous n'aurons pas de voisins
Parfois seul un vieil indien
Entrera dans ma cabane au Canada

Je te dirai le nom des fleurs sauvages
Je t'apprendrai le chant de la forêt
Ma cabane au Canada
Tant que tu y resteras
Ce sera le paradis
Mon chéri
A quoi bon chercher ailleurs
Je sais bien que le bonheur
Il est là
Dans ma cabane au Canada



C'est après avoir quitté son Nord natal pour Paris que la jeune Line Renaud a fait connaissance du compositeur Loulou Gasté. On connait la suite. En plus d'avoir été son mari, Loulou a écrit ses plus grands succès. Le premier en date s'intitule "Ma Cabane au Canada". 



 

dimanche 19 août 2012

Là haut sur la montagne

Là haut sur la montagne (18e siècle)


Là-haut sur la montagne, l'était un vieux chalet.
Murs blancs, toit de bardeaux,
devant la porte un vieux bouleau.
Là-haut sur la montagne, l'était un vieux chalet

Là-haut sur la montagne, croula le vieux chalet
La neige et les rochers
s'étaient unis pour l'arracher
Là-haut sur la montagne, croula le vieux chalet

Là-haut sur la montagne, quand Jean vint au chalet
Pleura de tout son coeur
Sur les débris de son bonheur
Là-haut sur la montagne, quand Jean vint au chalet

Là-haut sur la montagne, l'est un nouveau chalet
Car Jean d'un coeur vaillant
L'a rebâti plus beau qu'avant
Là-haut sur la montagne, l'est un nouveau chalet



Cette chanson "Là haut sur la montagne" a aussi pour titre "Le Vieux Chalet". 


Kili Watch

Kili Watch (1960)

Kili watch
Kili watch
Kili watch

Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

Depuis deux jours je ne fais que répéter
Ce petit air qui commence à m'énerver

Oui ! Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

C'est contagieux car au lieu de dire bonjour
Mes voisins en me croisant chantent à leur tour

Kili !

Kili watch !

(x12)
Kili Kili watch


Kili watch !
Kili watch !
Kili watch !

Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

J'ai consulté le docteur de mon quartier
En moins d'une heure je l'avais contaminé

Ouais ! Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

Le directeur d'un asile m'a enfermé
Le lendemain il chantait à mes côtés

Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

Les infirmiers pris de peur m'ont relâché
Voilà pourquoi vous aussi vous chanterez

Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

Ah ! Mes amis n'écoutez pas cet air-là
Car vous risquez de finir tout comme moi

(x12)
Kili Kili watch

Kili watch
Kili watch
Kili watch

Watch




samedi 18 août 2012

J'ai dans mon coeur une chanson

J'ai dans mon coeur une chanson (1956)

J'ai dans mon coeur une chanson
Une chanson pour vous, mesdames
Je vous la chante sans façon
Mais elle vient du fond de mon âme
J'ai dans mon coeur une chanson
Elle vous apporte toute ma flamme
Elle vous souhaite
Beaucoup de fêtes
Beaucoup d'amour
Et plein de bonheur
Oui de bonheur

J'ai dans mon coeur une chanson
Une chanson pour vous, mesdames
Amour!
Toujours!
Car c'est pour vous que chante mon coeur

J'arrive ici plein de chansonnettes
J'ai des refrains de joie et de bonheur
Et ces bouquets de roses et de violettes
Ils sont pour vous
Si vous le permettez

J'ai dans mon coeur une chanson
Une chanson pour vous, mesdames
Je vous la chante sans façon
Mais elle vient du fond de mon âme
J'ai dans mon coeur une chanson
Elle vous apporte toute ma flamme
Elle vous souhaite
Beaucoup de fêtes
Beaucoup d'amour
Et plein de bonheur
Oui de bonheur

J'ai dans mon coeur une chanson
Une chanson pour vous mesdames
Amour!
Toujours!
Car c'est pour vous que chante mon coeur
Car c'est pour vous que chante mon coeur





Ici l'on pêche

Ici l'on pêche (1933)

Près du grand chemin de hâlage
Où les bateaux vont doucement
Dans un berceau de verts feuillages
Se cache un petit restaurant

L'air embaume les pommes frites
Les gaufres et les lilas blancs
Les bleuets et les marguerites
Prennent rendez-vous sous les bancs

Allez-y donc, qui vous empêche ?
C'est à côté, pas loin d'ici
Ça porte un nom : "Ici l'on pêche"
Vous y pêcherez aussi

La patronne est une amoureuse
Le patron est un amoureux
Le vin est bon, l'auberge heureuse
Et les repas sont plantureux

Dans les massifs partout fredonnent
Des mots d'amour et des chansons
Et tous les baisers qu'on se donne
Ne sont pas mis sur l'addition

Allez-y donc, qui vous empêche ?
C'est à côté, pas loin d'ici
Ça porte un nom : "Ici l'on pêche"
Vous y pêcherez aussi

C'est là qu'un grand jour de ma vie
J'ai rencontré sur mon chemin
Celle qui devint ma folie
Et je l'ai prise par la main

Elle avait de belles manières
Je l'ai suivie sans sourciller
Et si elle est ma prisonnière
Je suis aussi son prisonnier

Allez-y donc, qui vous empêche ?
Je suis bien sûr que vous irez
Ça porte un nom : "Ici l'on pêche"
Comme moi, vous pêcherez.



Jean Tranchant, auteur de cette chanson,  est ici accompagné par le grand Django Reinhardt. 




vendredi 17 août 2012

Harley Davidson

Harley Davidson (1968)

Je n'ai besoin de personn'
En Harley Davidson
Je n'reconnais plus personn
En Harley Davidson
J'appuie sur le starter,
Et voici que je quitte la terre,
J'irai p't'être au Paradis,
Mais dans un train d'enfer.

Je n'ai besoin de personn'
En Harley Davidson
Je n'reconnais plus personn'
En Harley Davidson
Et si je meurs demain
C'est que tel était mon destin
Je tiens bien moins à la vie
Qu'à mon terrible engin.

Je n'ai besoin de personn'
En Harley Davidson
Je n'reconnais plus personn'
En Harley Davidson
Quand je sens en chemin
Les trépidations de ma machine,
Il me monte des désirs
Dans le creux de mes reins

Je n'ai besoin de personn'
En Harley Davidson
Je n'reconnais plus personn'
En Harley Davidson
Je vais à plus de cent,
Et je me sens à feu et à sang,
Que m'importe de mourir
Les cheveux dans le vent !
Que m'importe de mourir
Les cheveux dans le vent !



C'est pour un show Bardot destiné à être diffusé à la télévision le 1er janvier 1968 que Serge Gainsbourg a écrit quelques unes des chansons phare de son répertoire. "Harley Davidson" fait partie de ces purs joyaux. 


la Gadoue

la Gadoue (1965)

Du mois de septembre au mois d'août
foudrait des bottes de caoutchouc
pour patauger dans la gadoue-
une à une les gouttes d'eau
me dégoulinent dans le dos
nous pataugeons dans la gadoue-
vivons un peu sous le ciel gris-bleu
d'amour et d'eau de pluie
et puis mettons en marche les essuie-glaces
et rentrons à Paris-
ça nous changera pas d'ici
nous garderons nos parapluies
nous retrouverons la gadoue-
il fait un temps abominable
Heureusement tu as ton imperméable
et ça n'empêche pas la gadoue-
il fallait venir jusqu'ici
pour jouer les amoureux transis
et patauger dans la gadoue-
vivons un peu sous le ciel gris-bleu
d'amour et d'eau de pluie
et puis mettons en marche les essuie-glaces
et rentrons à Paris-
L'année prochaine nous irons
dans un pays où il fait beau
et nous oublierons la gadoue


Chanteuse anglaise menant carrière en France, Petula Clark dès l'année 1963, avait trouvé en Serge Gainsbourg un compositeur de choix (Vilaine fille, mauvais garçon). L'année suivante, elle enregistrait "La Gadoue". Un succès qui est devenu éclatant en 1966, lorsque cette chanson a fait la pluie et le beau temps dans les hits parades.